Clap de fin pour “Il Capo dei Capi”

Clap de fin pour « Il Capo dei Capi », « le parrain des parrain ». Totò Riina est décédé dans un hôpital de Parme le 17 novembre, emporté par un cancer.

C’était l’un des plus redoutables mafieux de l’histoire, qui aura fait trembler l’Italie pendant des décennies. Son intelligence machiavélique lui aura permis de prendre la tête de la Cosa Nostra et de mener ses méfaits en toute liberté.

Totò Riina naît en 1930 à Corleone, petit village de Sicile célèbre pour avoir donné son nom au « Parrain » de Mario Puzo. Il devient leader du clan Corleone en 1974 et se lance dans une activité lucrative : le narcotrafic. « Le Fauve », comme on le surnomme, est né. Pour asseoir sa domination, il déclare la guerre aux autres clans et prend le contrôle de la Cosa Nostra.

C’est alors que commence son règne de la terreur. Totò Riina aurait commandité plus de 150 meurtres. Bien que « capo dei capi », il continue à se salir les mains en assassinant lui-même ses rivaux. Gaspare Mutolo, l’un de ses tueurs repentis, raconte que lorsqu’il voulait en finir avec un « ami », Riina l’invitait d’abord à manger, trinquait avec lui, puis l’étranglait au dessert.

Attentats à la bombe, assassinats, racket, « Le Fauve » n’a aucune pitié pour ceux qui se mettent en travers de son chemin. Sa devise ? « Soumettez-vous ou mourrez ».

En 1986, c’est l’ouverture du procès de Palerme pour mettre fin aux violences qui traumatisent la région : 360 mafieux sont condamnés par les juges Falcone et Borsellino. Mais on ne plaisante pas avec « Le Fauve », et ils l’apprendront à leurs dépends : ils mourront assassinés.

En 1993, le Parrain des Parrains est finalement arrêté et condamné à perpétuité 26 fois. Placé sur écoute, il a affirmé : « Je ne regrette rien. Ils ne me briseront jamais, même s’ils me donnent trois mille ans [de prison] ».

Totò Riina a été inhumé le 22 novembre dans la plus grande discrétion au cimetière de Corleone, après avoir été excommunié. Une sanction lourde pour les mafieux, très croyants à leur manière.

Mais ce décès ne signifie pas la fin de la mafia sicilienne. Les clans vont maintenant devoir élire leur nouveau chef suprême, une phase souvent sanguinaire. « Plus que jamais, l’état italien ne doit pas baisser la garde », a prévenu le magistrat antimafia Nino Di Matteo.

 

Anouch Bezelgues

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s